Partenariat

L’histoire de deux voisins amis

Numéro 06, 2020

L’histoire de deux voisins amis

Pinak Ranjan Chakravarty |auteure

Numéro 06, 2020


Le 17 décembre 2020, le sommet virtuel entre le Premier ministre indien Narendra Modi et son homologue bangladais Sheikh Hasina a marqué le jour de la victoire, qui commémore la guerre de 1971. Au cours de la réunion, les deux dirigeants ont réitéré leur engagement à poursuivre la vision d’un partenariat plus solide

Chaque année, le Bangladesh et l’Inde célèbrent le 16 décembre comme le « Bijoy Dibosh » ou Jour de victoire pour la commémoration de la fin de la guerre en 1971. Ce jour-là, l’armée pakistanaise s’est rendue au Bangladesh sous le commandement conjoint de l’armée indienne et du « Mukti Bahini ». Cette capitulation historique et mémorable a mis un terme à la vaillante lutte pour la liberté qui a finalement conduit à l’émergence du Bangladesh. La marche déterminée du Bangladesh vers l’indépendance a été un événement géopolitique d’une immense importance en Asie du Sud. Cette année, le Bangladesh célèbre le jubilé d’or de son indépendance. Cette année également, marque les 50 ans de la victoire de l’Inde contre le Pakistan dans la guerre de 1971, célébrée pendant une année sous le nom de « Swarnim Vijay Varsh ». L’Inde et le Bangladesh ont élaboré un plan détaillé comportant une série d’événements et d’activités pour commémorer conjointement la victoire historique qui a donné naissance au Bangladesh.Au cours des dernières années, la trajectoire ascendante des relations bilatérales entre le Bangladesh et l’Inde repose énormément sur l’engagement des dirigeants des deux pays à poursuivre la vision d’un partenariat plus solide et à ouvrir de nouvelles perspectives de coopération. Lorsque le 17 décembre 2020, lors du sommet virtuel, le Premier ministre du Bangladesh Sheikh Hasina et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont réunis, c’était une réitération de cette politique de construction de liens de voisinage forts « basés sur des liens partagés d’histoire, de culture, de langue et des points communs uniques qui caractérisent le partenariat. Ils ont souligné que les relations entre le Bangladesh et l’Inde sont fondées sur des liens fraternels et reflètent un partenariat global basé sur la souveraineté, l’égalité, la confiance et la compréhension, bien au-delà d’un partenariat stratégique.

Le Premier ministre indien Narendra Modi (à droite) accueille le Premier ministre bangladais Sheikh Hasina le 5 octobre 2019 à New Delhi

Under the “Neighbourhood First Policy”, India has assiduously pursued productive ties with Bangladesh. India-Bangladesh bilateral ties have reached a stage where the template of multifarious sectors of cooperation has made impressive progress. The Joint Consultative Commission that held its 6th meeting in September 2020 has been guiding the implementation of this process. During the recent Summit, the two PMs inaugurated the 5th railway connectivity between Haldibari in West Bengal and Chilahati in Bangladesh. Railway connectivity between two countries was completely sundered by Pakistan following the war of 1965 between India and Pakistan. Partial railway connectivity was restored after Bangladesh became independent in 1971 but the process has gained momentum only in recent years with increased demand of cargo and passenger movements between both countries. There is a rising demand from the business community for reducing the cost of transportation and travel, as trade and tourism gradually regain their pre-COVID volume and numbers. India receives the largest number of foreign tourists from Bangladesh. As a result, both countries are now working on other trans-border railway connectivity nodes that will ease the congestion at the existing border points and facilitate hassle-free cross-border movement of goods and passengers in considerably much lesser time. Multi-modal Connectivity is another priority sector for both countries. Riverine routes for trans-border transportation have been expanded periodically. There are 54 trans-boundary rivers and these, wherever navigable, provide riverine connectivity under the Protocol on Inland Water Trade and Transit Treaty (PIWTT). Transhipment of goods from Kolkata to Agartala via Chittagong port, together with Sonamura-Daudkani additional riverine route will facilitate trade between both countries. A section of the River Ganges (Padma in Bangladesh) forms a part of the riverine boundary between both countries.

La connectivité multimodale est un autre secteur prioritaire pour les deux pays. Les routes fluviales pour le transport transfrontalier ont été élargies périodiquement. Il existe 54 rivières transfrontalières et celles-ci, partout où elles sont navigables, assurent la connectivité fluviale en vertu du Protocole du Traité sur le commerce et le transit des eaux intérieures. Le transbordement de marchandises de Kolkata à Agartala via le port de Chittagong, ainsi que la route fluviale supplémentaire Sonamura-Daudkani faciliteront les échanges entre les deux pays. Une section du Gange (Padma au Bangladesh) fait partie de la frontière fluviale entre les deux pays.Le fleuve a tendance à serpenter ; il entre au Bangladesh, puis revient en Inde par le district de Rajshahi au Bangladesh. Cela crée des défis pour les pêcheurs et le trafic de passagers sur le fleuve car ils doivent traverser la frontière internationale. L’Inde a accepté d’examiner la proposition du Bangladesh du droit au « passage inoffensif » qui permettra aux bateaux d’entrer en Inde et de rentrer au Bangladesh tout en utilisant le passage fluvial sans subir de procédures formelles de franchissement des frontières internationales.L’Accord sur les véhicules à moteur du BBIN (Bangladesh, Bhoutan, Inde et Népal) attend la finalisation des procédures. Cela facilitera la circulation des véhicules entre les deux pays. Un autre projet de connectivité routière est prévu entre Hilli (Bengale occidental) et Mahendraganj (Meghalaya) via le Bangladesh. Le Bangladesh a sollicité sa participation à l’autoroute trilatérale Inde-Myanmar-Thaïlande, qui assurera la connectivité entre l’Inde et les pays de l’ANASE. Le Bangladesh et l’Inde partagent une longue frontière terrestre d’environ 4 097 km. Il y a plusieurs sections le long de la frontière où les fleuves forment la frontière internationale. Étant donné que les rivières de la région deltaïque ont tendance à changer de cap, le défi de délimiter des frontières fixes est discuté lors de la Conférence conjointe sur les frontières. Après l’Accord sur les frontières terrestres de 2014, le suivi des mesures de mise en œuvre et la préparation des cartes le long des frontières fluviales sont en cours. Pour empêcher les activités illégales transfrontières, l’Inde avait érigé une clôture sur certaines sections de la frontière terrestre. En raison d’activités illégales transfrontalières, il y a eu des affrontements entre le personnel de la Force de sécurité frontalière indienne et des personnes qui se livrent à la contrebande. La clôture a aidé à réduire les activités illégales transfrontalières et les deux pays ont convenu de faciliter l’achèvement de la clôture le long de la frontière commune à Tripura en Inde. Le plan de gestion coordonnée des frontières a permis aux gardes-frontières des deux côtés d’interdire et de réduire le trafic d’êtres humains et la contrebande d’armes, de stupéfiants et de fausse monnaie. La facilitation des mouvements légitimes de personnes via les ports terrestres le long de la frontière commune est en cours de rationalisation.

les autorités indiennes signalent l’envoi du wagon de Goodwill de Siliguri, en Inde, le 17 mars 2016, en direction de Parbatipur, au Bangladesh

Alors que les deux pays sont aux prises avec la pandémie, le secteur de la santé s’est ajouté à la liste des priorités de la coopération bilatérale. Dans ce secteur, les possibilités de coopération sont immenses, en particulier dans l’enseignement médical, la fabrication de matériel médical et les produits pharmaceutiques. Les mesures de facilitation pour les ressortissants bangladais qui viennent en Inde pour un traitement médical est en place depuis un certain temps. Le Premier ministre Modi avait assuré au Premier ministre Hasina que le Bangladesh ferait partie des pays prioritaires pour la distribution des vaccins produits en Inde. Dans le cadre de l’initiative #VaccineMaitri, le gouvernement indien a offert deux millions de doses de vaccins Made in India Covid-19 au Bangladesh en janvier 2021. Cela a été suivi par la fourniture du premier lot de cinq millions de doses de vaccins Covishield en provenance d’Inde dans le cadre d’un accord d’achat commercial. Les échanges éducatifs et culturels entre l’Inde et le Bangladesh ont une longue et riche histoire. La culture partagée entre les deux pays sera amplement démontrée lors de la célébration de l’année du jubilé d’or de l’indépendance du Bangladesh et du centenaire de la naissance de Bangabandhu Sheikh Mujibur Rahman, considéré comme le « Père de la Nation ». La célébration conjointe comprend également la sortie de timbres commémoratifs en l’honneur de Bangabandhu et de Mahatma Gandhi par l’Inde et le Bangladesh, respectivement. Une exposition numérique sur la vie de ces deux dirigeants est actuellement projetée à New Delhi et le sera plus tard à travers le monde. Le Bangladesh est le plus grand partenaire de développement de l’Inde, l’Inde ayant engagé environ 10 milliards USD de lignes de crédits et de subventions au Bangladesh.

Le Bangladesh est également le plus grand partenaire commercial de l’Inde en Asie du Sud, avec un volume commercial total d’environ 10 milliards USD. Les deux parties sont résolues à supprimer les barrières non tarifaires et autres obstacles pour faciliter le commerce. Le Bangladesh est un marché important pour les produits alimentaires essentiels exportés de l’Inde. En revanche, le secteur textile est crucial pour le Bangladesh, car les vêtements prêt-à-porter représentent plus de 80 pour cent de ses exportations. Les deux pays sont en train d’élaborer un accord bilatéral de partenariat économique global pour donner un nouvel élan au commerce bilatéral.Le secteur de l’énergie est également devenu un domaine clé de la coopération bilatérale. La pénurie d’énergie au Bangladesh a été comblée par l’électricité de l’Inde. Deux centrales électriques sont en cours de construction par des entreprises privées indiennes pour l’exportation d’électricité vers le Bangladesh. Le pipeline, pour la livraison de produits pétroliers et de lubrifiants de l’Inde au Bangladesh est en cours de réalisation. Compte tenu de l’intérêt mutuel d’évoluer vers des énergies plus propres, les deux pays s’engagent désormais à mettre davantage l’accent sur les sources d’énergie efficaces et renouvelables, ainsi que sur la coordination et la coopération sous-régionales avec le Bhoutan et le Népal sur l’énergie propre.Un sujet de préoccupation mutuelle est l’afflux d’environ 1,1 million de réfugiés au Bangladesh, expulsés de force de l’État de Rakhine au Myanmar ; l’Inde a exprimé sa profonde gratitude pour la générosité qu’a démontré le Bangladesh en accueillant ces réfugiés. L’Inde a accordé une aide humanitaire aux réfugiés. Le Bangladesh et l’Inde ont accepté de coopérer au rapatriement rapide et à la réadaptation en toute sécurité des réfugiés. Au niveau international, les deux pays ont également agi de concert sur une multitude de questions telles que les réformes du CSNU, le changement climatique, les objectifs de développement durable (DD) et la protection des droits des migrants.Le Bangladesh et l’Inde ont progressivement et soigneusement mis en place un cadre de coopération intégrée pour parvenir à une plus grande synergie dans tous les secteurs. Pour l’Inde, le Bangladesh est devenu un pilier inébranlable de sa politique « Act East » qui envisage une connectivité et un engagement accrus avec les pays de l’ANASE et d’autres pays de la région indopacifique. Dans l’ère post-Covid marquée par la tendance continue des alignements internationaux de pouvoir, le Bangladesh et l’Inde construisent une relation durable, ce qui renforcera la connectivité et la coopération sud-asiatiques pour un objectif plus large de développement économique et de prospérité pour les peuples de la région.

Pinak Ranjan Chakravarty

Pinak Ranjan Chakravarty est un ancien ambassadeur indien et secrétaire permanent au ministère des Affaires extérieures du gouvernement indien. Il est actuellement chercheur invité à l'Observer Research Foundation, un important groupe de réflexion indien à New Delhi, et un commentateur régulier des médias.
error: Content is protected !!