Progrès

L'effet de la pause

Numéro 03, 2020

L'effet de la pause

Vignoble Surya Swami |auteure

Numéro 03, 2020


Une résurgence des habitats naturels a été remarquée dans les régions montagneuses de l'Inde alors que les niveaux de pollution ont considérablement baissé à la suite d'un confinement à l'échelle na-tionale pour empêcher la propagation du Covid-19. Cette petite ouverture de non-ingérence a jeté la lumière sur la façon dont notre relation avec la nature pourrait devenir plus inclusive à l'avenir

Le coronavirus se propage à un rythme alarmant dans le monde, de nombreux pays ont donc adopté des confinements systématiques pour ralentir le taux d’infection. Des milliards de personnes ont été confinées à l’abri dans leurs maisons et les déplacements ont été sévèrement réduits pour mesurer la transmission du virus. Les industries, les entreprises et même les unités de construction à petite échelle ont été arrêtées alors que le monde acceptait lentement la pandémie. Bien que ces décisions politiques soient une mesure nécessaire pour le bien-être de l’humanité, il en ressort un aspect sur lequel on n’avait pas autant insisté : l’impact des confinements sur l’environnement.

SIGNES INDÉNIABLES

En Inde, cet impact a été le plus important dans la région himalayenne. Très récemment, les nouvelles ont été inondés de photographies montrant l’énorme chaîne de Dhauladhar de l’Himalaya visible depuis Jalandhar, au Pendjab, situé à plus de 200 km. Lors d’un événement similaire, les habitants de Saharanpur, dans l’Uttar Pradesh, se sont réveillés avec une vue dégagée sur les montagnes enneigées de l’Himalaya, que beaucoup n’avaient jamais vues auparavant. Les experts disent que cela n’a été possible qu’en raison de la réduction des émissions des véhicules et des industries sur deux mois.

Un tigre en liberté dans la réserve de tigres de Tadoba-Andhari, Maharashtra

Les propriétés d’auto-guérison de mère nature étaient visibles dans certaines des plus grandes rivières indiennes, qui ont montré une baisse dramatique, presque miraculeuse de la toxicité. Le Yamuna et le Gange, connues comme les lignes de vie des plaines fertiles du nord de l’Inde, avaient des impuretés et des toxines nominales après le confinement initial d’un mois. Dans un rapport publié récemment par l’Uttarakhand Pollution Control Board, il a été noté que le niveau de coliformes (un type d’agent pathogène) dans le Gange dans et autour de Rishikesh était passé de 70/100ml (avril 2019) à 40/100ml (avril 2020), alors que les niveaux d’oxygène dissous avaient augmenté de près de 20 % (avril 2019-avril 2020).

Il y a également eu une réduction significative des conflits entre l’homme et les animaux dans l’État de l’Uttarakhand, car la circulation sur les routes était bien inférieure à la moyenne. Puisque les confinements ont également considérablement réduit la pollution sonore, des animaux sauvages se sont aventurés à proximité de villes habitées comme Shimla et Manali dans l’Himachal Pradesh. « Depuis l’absence relative d’humains et d’activités connexes, les animaux sauvages ont commencé à percevoir de plus grandes zones comme désertes et donc sans danger pour eux », déclare Parag Madhukar Dhakate, conservateur en chef des forêts (CCF) du cercle occidental de Kumaon, Uttarakhand.

Anil Thakur, le directeur du Grand Parc National de l’Himalaya (également classé au patrimoine mondial de l’UNESCO) explique que même lorsque la zone de près de 1100 km² de superficie a accueilli environ 2 000 visiteurs pendant les mois d’été (mai-juillet), la diminution des effectifs humains ont permis à la faune de s’aventurer dans la nature et d’accéder à plus d’espace. « C’était vraiment bénéfique pour la faune et la flore du parc. L’activité humaine, qu’elle soit par des véhicules ou autre, menace la faune, même par inadvertance. Une fois le parc ouvert, nous suivrons les directives et essayerons d’éduquer nos visiteurs sur la relation que nous partageons avec la nature. La pandémie a réaffirmé que la nature est et a toujours été suprême », a-t-il déclaré.

La chaîne de montagnes Dhauladhar visible depuis Jalandhar, Punjab, le 3 avril 2020

De plus, les observations d’oiseaux ont presque doublé avec de nombreuses espèces d’oiseaux en voie de disparition et rares facilement repérées dans l’Himachal Pradesh. « Les niveaux réduits de pollution atmosphérique et sonore ont permis à ces oiseaux de retourner dans ce qui faisait à l’origine partie de leur habitat naturel », expliquent les ornithologues.

UN CHANGEMENT POUR LE MIEUX

Alors même que les aspects néfastes du Coronavirus ont été ressentis par les humains, la crise nous rappelle de repenser notre relation avec la nature. À l’avenir, il y a une marge d’amélioration lorsqu’il s’agit de prendre des décisions politiques plus inclusives qui ne menacent pas les écosystèmes naturels au prix d’un développement généralisé.

Les eaux cristallines du lac Tehri dans l’Uttarakhand.

Un naturaliste passionné, Upasana Patial, la conservatrice en chef des forêts et de la faune (CCF WL) dans les régions du nord de l’Himachal Pradesh a noté une baisse significative du nombre d’incendies de forêt cette année qui, selon elle, peut être attribuée à l’activité humaine limitée à la suite du confinement national. « Le département des forêts, en tandem avec l’administration, essaie de réduire au minimum les conflits entre l’homme et la faune. Avec le confinement en vigueur, nous avons pu inverser significativement l’impact biologique négatif sur l’environnement tout en étudiant simultanément la flore et la faune qui seraient autrement affectées par les incendies de forêt, le trafic de véhicules et l’afflux de touristes », explique Patial.

De nombreux écologistes pensent que le confinement a dynamisé naturellement les écosystèmes sensibles et qu’une pause de 30 jours limitant les interactions humaines peut être autorisée chaque année afin de réinitialiser l’impact biologique dans ces zones. Nous ne devrions pas revenir à nos anciennes habitudes, mais plutôt tirer les leçons de cette expérience et permettre à la nature de prospérer à mesure que nous progressons.

Vignoble Surya Swami

Vinayak Surya Swami est un journaliste basé à Delhi. Il est titulaire d'un diplôme en génie mécanique et a travaillé pour la marine indienne. Écrivain à temps partiel depuis son adolescence, il s'est tourné vers le journalisme pour poursuivre sa passion pour l'écriture et les voyages.
error: Content is protected !!