Progrès

Sur une piste sauvage

Numéro 05, 2020

Sur une piste sauvage

Nirmal Ulhas Kulkarni |auteure

Numéro 05, 2020


La protection et la conservation de la faune en Inde ont énormément bénéficié des progrès technologiques. Le défenseur de l'environnement Nirmal Ulhas Kulkarni explique comment les innovations scientifiques assurent le suivi des espèces et contribuent à la lutte contre le braconnage

Les domaines de l’écologie et de la biodiversité ont fait du chemin en Inde au cours des dernières décennies. Ils sont passés d’un exercice largement d’observation et de terrain à un mélange de divers sujets. La biologie de la conservation a tiré un énorme profit des progrès scientifiques majeurs, allant des outils de génétique moléculaire à la technologie spatiale. Les informations obtenues grâce à ces techniques de pointe sont utiles dans la planification de la conservation.

Les bébés éléphants restent près de leurs mères dans le parc national de Jaldapara à Dooars, au Bengale occidental

L’un des premiers cas d’intervention technologique dans la conservation de la faune indienne a eu lieu à la fin des années 1990 dans la réserve de tigres de Nagarhole, au Karnataka, pour surveiller les grands félins sous la direction du zoologiste et biologiste de la conservation réputé, le Dr Ulhas Karanth. C’était la première fois en Inde qu’une population d’animaux sauvages était échantillonnée de manière systématique et laborieuse grâce à un système de grille défini. Depuis lors, les pièges photographiques ont été constamment déployés à des fins de surveillance de la faune dans le cadre d’études comportementales et écologiques.Aujourd’hui, les pièges photographiques à capteur de chaleur et de mouvement de dernier cri peuvent enregistrer des images et des vidéos dans des conditions de faible éclairage et économiser l’énergie de la batterie ; ils sont devenus des outils indispensables pour les gestionnaires de la faune ainsi que pour les scientifiques de la conservation à travers le pays. Les exercices de pièges photographiques permettent de capturer des données qui sont utilisées pour estimer la taille de la population, la richesse de l’espèce, l’occupation du site ou les indices d’abondance relative parmi d’autres études fondées sur l’écologie. Actuellement, presque tous les habitats fauniques et les zones de nature sauvage en Inde font l’objet d’une forme de piégeage par caméra.

un ornithologue utilise un appareil de télémétrie radio pour suivre les mouvements des oiseaux

De plus, l’utilisation de colliers de repérage est l’une des méthodes les plus courantes de surveillance des grands mammifères en Inde. Le suivi radio consiste à équiper l’animal d’étude d’un collier radio ou d’un appareil radio qui émet des signaux. La plupart des études de radio télémétrie sont structurées sur des modules de conservation et d’écologie nécessaires pour comprendre le comportement des animaux. L’un des premiers projets à utiliser la radio télémétrie des cobras royaux était dans la colonie Agumbe du Karnataka, dirigé par l’herpétologue renommé Romulus Whitaker, de la station de recherche de la forêt tropicale d’Agumbe. Actuellement, un projet est en cours pour arrêter les décès d’éléphants dus à des collisions ferroviaires dans le nord du Bengale occidental. Le projet est une collaboration entre le Département des forêts du Bengale occidental, le Wildlife Institute of India (WII), la Central Scientific Instruments Organization et la Ear to the Wild Foundation. Le projet comprend le développement de capteurs destinés à détecter le mouvement des éléphants sur les voies ferrées afin que les trains à grande vitesse puissent ralentir à temps et éviter la mort inutile d’éléphants d’Asie. La territorialisation des espèces et de leur comportement nécessite une cartographie et une analyse solides de la démographie en couches sur les modèles et processus géographiques et physiographiques. Le suivi et la cartographie de ces données offrent un aperçu de la densité de population, de la distribution, de l’hétérogénéité spatiale et du mouvement de l’espèce. Ainsi, l’écologie spatiale et le système d’information géographique ou la télédétection sont devenus des outils essentiels pour cartographier le changement dans les domaines de l’écologie et de la conservation.

L’écologie moléculaire et la génétique de la conservation ont énormément contribué à démêler les modèles et à comprendre les processus à l’origine de l’histoire et de la répartition géographique des espèces. En raison de la synergie forte et profonde entre la biotechnologie et la technologie de l’information, les agences indiennes de lutte contre la criminalité liée à la faune disposent désormais d’une base solide pour identifier et éliminer les braconniers et les syndicats contre la criminalité liée la faune. Les avancées technologiques modernes basées sur la science ont été simplifiées et sont plus précises avec l’introduction des tests ADN. Les contributions à cet égard ont été celles du Centre pour la biologie cellulaire et moléculaire et du WII, qui ont développé une procédure unique en son genre pour identifier les espèces de l’animal à partir de parties confisquées.

les ours noirs d’Asie se trouvent généralement dans les régions du nord de l’Inde et peuvent se trouver dans les parcs nationaux de Ranthambore et de Kaziranga

En 2010, la National Tiger Conservation Authority (NTCA) du gouvernement indien a lancé le système de surveillance des tigres : protection intensive et statut écologique dans les réserves de tigres indiennes. L’objectif principal de ce système logiciel de pointe est de renforcer les patrouilles et la surveillance de l’animal national indien, le tigre du Bengale. Il fournit des informations en temps réel aux gestionnaires de la faune pour améliorer la protection et assurer la conservation à long terme.

L’introduction d’études moléculaires (séquençage de l’ADN basé sur la PCR) en Inde a fourni une plate-forme pour une méthode non invasive d’échantillonnage, d’identification et de maintien de l’identité de l’espèce, facilitant les efforts de conservation. Les études moléculaires basées sur la PCR offrent un moyen d’analyser les échantillons endommagés et dégradés, y compris les fossiles, ce qui aide à établir un lien entre les espèces passées et actuelles, ce qui, en retour, permet de donner la priorité aux efforts de conservation des espèces de la liste en voie de disparition. Au cours des dernières années, l’éventail de méthodes et d’outils utilisés dans les forêts indiennes pour protéger les animaux sauvages prouve que le domaine de la conservation et de l’écologie progresse et, avec l’avènement de la technologie, a mûri pour devenir une discipline dans le pays. Ces mesures appuyées par des changements politiques positifs de la part du gouvernement contribuent à façonner les stratégies de conservation de l’Inde pour le nouveau millénaire.

Nirmal Ulhas Kulkarni

Président du Mhadei Research Center, à Goa, Nirmal Ulhas Kulkarni est herpétologue, écologiste de terrain, conservationniste et photographe animalier. Il est également l'un des membres les plus anciens du State Wildlife Advisory Board de Goa.
error: Content is protected !!