Progrès

Du peuple, par le peuple et pour le peuple

Numéro 03, 2020

Du peuple, par le peuple et pour le peuple

Shrabasti Mallik |auteure

Numéro 03, 2020


Depuis plusieurs décennies, les prix Padma, les plus hautes distinctions civiles de l'Inde, récom-pensent des hommes et des femmes méritants. Il y a trois ans, le gouvernement a peaufiné leur pro-cessus de nomination, encourageant les citoyens du pays à nommer des héros méconnus qui se sont consacrés au service de la société

Pour les habitants de Bolpur, une ville à la périphérie de Kolkata au Bengale occidental, le Dr Sushovan Banerjee est connu sous le nom de « ek takar daktar » (médecin à une roupie). Au cours des 47 dernières années, il a traité des patients pour une somme modique de 1 roupie ! L’histoire du Dr Tsering Landol est tout aussi inspirante. Saluée comme la première gynécologue du Ladakh, elle est reconnue pour avoir fourni des soins médicaux spécialisés pour un cinquième des accouchements de la région et amélioré le système de santé de l’hôpital SN Memorial de Leh, l’institution médicale à laquelle elle a été associée pendant plus de deux décennies jusqu’en 2003, date à laquelle son service officiel arrivait à échéance. Mais, elle continue de diriger des cliniques bénévoles hebdomadaires à la Ladakh Heart Foundation. Ce ne sont que deux des 141 personnes qui ont reçu les prix Padma, l’un des plus grands honneurs civils de l’Inde pour un service exceptionnel et distingué, remis par les gouvernements indiens, en 2020.

Les prix (dans l’ordre) – le Padma Vibhushan (pour un service exceptionnel et distingué), le Padma Bhushan (pour un service distingué d’ordre supérieur) et le Padma Shri (pour un service distingué) – sont annoncés le jour de la République (26 janvier) de chaque année et sont décernés quelques mois plus tard, lors de la cérémonie d’investiture civile tenue au Rashtrapati Bhavan. Cette année, le gouvernement avait également organisé un quiz basé sur la vie des héros de l’Inde, accompagné d’une occasion d’assister à la cérémonie des prix Padma à New Delhi. La cérémonie a cependant été reportée au 3 avril et maintenant jusqu’à nouvel ordre à la suite de l’épidémie de coronavirus dans le pays.

PROCÉDURE DE NOMINATION

Les prix Padma ont été institués par le gouvernement indien en 1954 avec le Bharat Ratna, la plus haute distinction civile du pays. Depuis lors, jusqu’à il y a environ trois ans, les recommandations ont été formulées par le Comité des prix Padma, qui était constitué chaque année par le Premier ministre. Désormais, sous la direction du Premier ministre Narendra Modi, le processus de nomination a été ouvert au public et invite même à se présenter soi-même. Cette décision de changement de paradigme a été déclarée par le Premier ministre Modi dans son tweet officiel daté du 17 août 2017 : « Vous vous souvenez de comment les Padma Awards ont été décernés auparavant ? Nous avons apporté un « petit » changement – les gens peuvent recommander des noms pour les récompenses, contrairement au passé (sic). »

La réponse a été tellement écrasante que dans son discours mensuel à la nation en janvier de cette année, le Premier ministre avait mentionné que plus de 46 000 candidatures avaient été reçues pour 2020, soit plus de 20 fois le nombre reçu en 2014. « L’ensemble du processus [des prix Padma] est maintenant réalisé en ligne. Auparavant, la décision était prise par quelques privilégiés. Maintenant, c’est entièrement décidé par le peuple », avait-il dit.

LES HÉROS MÉCONNUS

L’une des plus grandes réussites de l’ouverture du processus de nomination au peuple est la reconnaissance méritée reçue par un certain nombre de héros méconnus, qui ont silencieusement consacré leur vie à l’amélioration de la société. Selon le Premier ministre, bon nombre des lauréats au Padma de cette année sont ceux qui sont sortis du lot grâce à leur travail acharné. « Ils ont surmonté les limitations de ressources et une terrible atmosphère de désespoir autour d’eux et sont allés de l’avant », avait-il souligné. En 2020, les prix ont reconnu les efforts de Moozhikkal Pankajakshi du Kerala, Jagdish Lal Ahuja du Punjab et Usha Chaumar du Rajasthan, pour n’en nommer que quelques-uns. Pankajakshi serait l’un des derniers pratiquants du nokkuvidya pavakal, un art en voie de disparition du théâtre de marionnettes traditionnel du Kerala. Affectueusement appelé langar baba, Ahuja, 84 ans, était un millionnaire autodidacte, qui a tout vendu et a consacré sa vie à servir de la nourriture gratuite aux pauvres au cours des deux dernières décennies. D’éboueur manuel à président de Sulabh International, l’histoire de Chaumar est une histoire de courage, de résilience et d’autonomisation. Leurs efforts ont tous été reconnus avec un Padma Shri. Il y en a d’innombrables autres comme ces trois.

Cependant, en plus de ces signes avant-coureurs silencieux du changement, quelques noms populaires qui ont été honorés du prix incluent l’ancien ministre des Affaires extérieures Sushma Swaraj (à titre posthume – Padma Vibhushan), la légende de la boxe MC Mary Kom (Padma Vibhushan), la chanteuse classique Ajoy Chakravorty (Padma Bhushan) et le réalisateur de Bollywood Karan Johar (Padma Shri).

Padma Vibhushan

(For exceptional and distinguished service)
1) Sushma Swaraj (Posthumous), Delhi (Public Affairs)
2) Arun Jaitley (Posthumous), Delhi (Public Affairs)
3) MC Mary Kom, Manipur (Sports)
4) Vishveshateertha Swamiji Sri Pejavara Adhokhaja Matha Udupi (Posthumous), Karnataka (Others-Spiritualism)
5) George Fernandes (Posthumous), Bihar (Public Affairs)
6) Chhannulal Mishra, Uttar Pradesh (Art)
7) Sir Anerood Jugnauth GCSK, Mauritius (Public Affairs)

 

Padma Bhushan

(Distinguished service of higher order)
1) Krishnammal Jagannathan, Tamil Nadu (Social Work)
2) Balkrishna Doshi, Gujarat (Others-Architecture)
3) Anand Mahindra, Maharashtra (Trade and Industry)
4) M Mumtaz Ali (Sri M), Kerala (Others-Spiritualism)
5) Neelakanta Ramakrishna Madhava Menon (Posthumous), Kerala (Public Affairs)
6) Venu Srinivasan, Tamil Nadu (Trade and Industry)
7) Manoj Das, Puducherry (Literature and Education)
8) Prof. Jagdish Sheth, USA (Literature and Education)
9) Anil Prakash Joshi, Uttakhand (Social Work)
10) Syed Muazzem Ali (Posthumous), Bangladesh (Public Affairs)
11) Dr Tsering Landol, Ladakh (Medicine)
12) Ajoy Chakravorty, West Bengal (Art)
13) Manohar Gopalkrishna Prabhu Parrikar (Posthumous), Goa (Public Affairs)
14) SC Jamir, Nagaland (Public Affairs)
15) Muzaffar Hussain Baig, Jammu & Kashmir (Public Affairs)
16) PV Sindhu, Telangana (Sports)

Shrabasti Mallik

DiplÙmÈe de l'Indian Institute of Mass Communication, elle a travaillÈ avec MYCityLinks, un tabloÔd basÈ ‡ Bhubaneshwar et le journal The Pioneer. Elle aime la musique, est bibliophile et aime Ècrire sur ses voyages, sur la musique et sur tout sujet qui l'intrigue.
error: Content is protected !!