Partenariat

ITEC : 56 ans d’existence et toujours aussi dynamique

Numéro 05, 2020

ITEC : 56 ans d’existence et toujours aussi dynamique

Pinak Ranjan Chakravarty |auteure

Numéro 05, 2020


La coopération technique et économique indienne (dont l’acronyme en anglais, ITEC, signifie « Indian Technical and Economic Cooperation ») reflète la vision globale de l'Inde de former des partenariats internationaux dans tous les secteurs du développement et a rehaussé le profil de l'Inde en tant que partenaire de développement à travers une large interface de secteurs, a déclaré l'ancien ambassadeur Pinak Ranjan Chakravarty

Depuis l’indépendance, la politique étrangère de l’Inde a été guidée par la solidarité avec d’autres pays colonisés et en voie de développement, solidarité fondée non seulement sur des idéologies partagées, mais aussi sur des bases économiques solides. Pour atteindre cet objectif, un programme complet – la Coopération technique et économique indienne – mieux connu sous son acronyme en anglais ITEC, a été lancé par le gouvernement indien en 1964, pour fournir une assistance dans les secteurs technique et économique aux pays nouvellement indépendants et aux pays en voie de développement. Le programme ITEC reposait sur la conviction qu’« il était nécessaire d’établir des relations d’intérêt mutuel et d’interdépendance fondées non seulement sur des idéaux et des aspirations communs, mais également sur des bases économiques solides. La coopération technique et économique était considérée comme l’une des fonctions essentielles d’une politique étrangère intégrée et imaginative ». L’ITEC, entièrement financé par le gouvernement indien, fait partie intégrante de la politique étrangère de l’Inde et représente un bras important de la diplomatie « à la manière douce » de l’Inde, une expression qui est entrée dans le vocabulaire diplomatique international des années plus tard dans les années 1980.

Le Premier ministre indien Narendra Modi (tenant le drapeau vert) lance les deuxièmes ponts ferroviaires de Bhairab et Titas en 2017. Ces ponts ont été construits entre Dhaka (Bangladesh) et Kolkata (Inde). Le ministre des Affaires extérieures (MAE) Subrahmanyam Jaishankar (deuxième à partir de la droite) était également présent

Les liens régionaux

L’ITEC est axé sur la demande et s’appuie sur une coopération technologique innovante pour répondre aux besoins des pays en voie de développement. Plus de 2 milliards de dollars américains ont été consacrés à ce programme depuis son lancement, au profit de milliers d’étudiants et de professionnels d’environ 160 pays. Le programme ITEC est essentiellement de nature bilatérale. Cependant, ces dernières années, les ressources de l’ITEC ont également été utilisées pour des programmes de coopération conçus dans un contexte régional et interrégional, tels que la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, le Secrétariat du Commonwealth, l’ONUDI, le Groupe des 77 et le G-15. Le paradigme fondamental de l’ITEC est la coopération bilatérale, mais elle a des dimensions régionales qui ont développé des programmes avec des organisations telles que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), l’Initiative du golfe du Bengale pour la coopération technique et économique multisectorielle (connue sous son acronyme anglais BIMSTEC), la coopération Mékong-Ganga (MGC), l’Union africaine (UA), l’Organisation de développement rural afro-asiatique (connu sous son acronyme anglais AARDO), le Parlement panafricain, la Communauté des Caraïbes (CARICOM), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et la Bande de l’océan indien – Association pour la coopération régionale (connue sous son acronyme anglais IOR-ARC) et le Sommet du forum Inde – Afrique.

les étudiants étrangers qui ont visité l’Inde dans le cadre du programme de bourses ITEC

Le programme ITEC a évolué et s’est développé au fil des ans. Dans le cadre de l’ITEC et de son programme jumeau SCAAP (Special Commonwealth African Assistance Program), 161 pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine, des Caraïbes ainsi que des pays du Pacifique et des petits États insulaires sont invités à partager l’expérience de développement de l’Inde. Les expériences partagées ont couvert des domaines tels que les secteurs civils et militaires, les projets, le conseil et les études de faisabilité, l’envoi d’experts indiens dans différents domaines, les voyages d’étude pour les fonctionnaires et les étudiants des pays partenaires, la fourniture d’équipements en guise de cadeaux ou de dons demandés et les secours en cas de catastrophe. Les secours en cas de catastrophe sont une composante vitale de l’ITEC et se concentrent sur la sécurité alimentaire et l’assistance médicale pour l’aide humanitaire.

Modules de formation

La formation aux technologies numériques est une particularité offerte par l’Inde dans le domaine du renforcement des capacités, dans le cadre de l’ITEC. Les professionnels des pays en voie de développement se voient proposer des cours de formation uniques, à la fois civils et de défense, dans différents centres d’excellence en Inde. Dans le secteur civil, la formation proposée comprend des disciplines allant de l’informatique, du développement rural et des pratiques parlementaires à l’entrepreneuriat, l’ingénierie marine et aéronautique, etc. Dans la défense, la formation couvre des domaines comme la sécurité et les études stratégiques, la gestion de la défense, l’ingénierie marine et aéronautique, la logistique et la gestion, etc. Plus de 12 000 bourses pour des formations de courte et de longue durée dans les principales institutions indiennes sont offertes chaque année dans le cadre de l’ITEC. Les pays partenaires sont libres de choisir leur personnel et les cours qui correspondent à leurs besoins en développement. Nombreux sont ceux qui ayant fait des études ou reçu une formation en Inde, ont progressé pour occuper des postes politiques, bureaucratiques et militaires importants dans leur pays, contribuant ainsi au développement de leur pays et renforçant des liens plus étroits avec l’Inde.À la suite des différentes activités menées dans le cadre de ce programme, il y a maintenant une prise de conscience visible et croissante parmi les autres pays de la compétence de l’Inde en tant que fournisseur de savoir-faire et d’expertise techniques, ainsi que d’opportunités de formation, de services de conseil et d’études de faisabilité. Ces programmes ont généré une bonne volonté immense et une coopération de fond entre les pays en voie de développement.

Lignes de crédit

Une dimension importante de l’ITEC est représentée par les lignes de crédit (connues sous leur acronyme anglais LoC), accordées à des conditions raisonnables aux pays partenaires, pour les importations essentielles de biens et services, la protection sociale et les projets d’infrastructure. Les voisins sud-asiatiques de l’Inde ont reçu environ 70 pour cent des subventions au titre des LoC. Les entreprises indiennes participant aux programmes ITEC se sont implantées dans les pays partenaires pour contribuer à des projets d’infrastructure, indépendamment de l’ITEC ou des LoC.Le partenariat ITEC-LoC favorise l’amitié et la solidarité et est marqué par l’appropriation nationale par le pays partenaire, car il est volontaire et dépourvu de conditions préalables. Pendant la pandémie de Covid-19, de nombreux stagiaires et étudiants étrangers n’ont pas pu rentrer chez eux et des dispositions ont été prises pour que leur séjour se poursuive.

Le Premier ministre Narendra Modi dévoile la première pierre du centre d’excellence Atal Bihari Vajpayee au centre informatique de l’Université mongole des sciences et de la technologie située à Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie

En 2011, la croissance de l’ITEC a conduit le ministère des Affaires extérieures à regrouper la gestion de l’ITEC et des LoC sous une nouvelle entité, appelée l’Administration des partenariats de développement, pour rationaliser ses travaux sous une seule structure de gestion verticale. Aujourd’hui, ITEC / LoC est devenu un pilier crucial de la sensibilisation et de la diplomatie du développement de l’Inde, imprégné de l’héritage de civilisation de « Vasudhaiva Kutumbakam » ou le monde est ma famille.

Pinak Ranjan Chakravarty

Pinak Ranjan Chakravarty est un ancien ambassadeur indien et secrétaire permanent au ministère des Affaires extérieures du gouvernement indien. Il est actuellement chercheur invité à l'Observer Research Foundation, un important groupe de réflexion indien à New Delhi, et un commentateur régulier des médias.
error: Content is protected !!