Partenariat

La conservation hors des frontières

Numéro 04, 2020

La conservation hors des frontières

Juhi Mirza |auteure

Numéro 04, 2020


L'Inde a travaillé à la restauration de plusieurs temples et monuments anciens dans les pays d'Asie du Sud-Est dans le cadre de ses initiatives de partenariat pour le développement. Les récents projets de conservation du ministère des Affaires extérieures en collaboration avec l'Archaeological Survey of India et les pays partenaires ont fait émerger un riche patrimoine culturel

La région du sud de l’Asie a été historiquement acclamée comme « suvrnabhumi », ou la terre d’or, dans la littérature indienne ancienne, un titre authentique qui reflète son immense richesse culturelle et plus important encore, son mélange vibrant et amical de cultures ; ceci se voit à travers les monuments anciens des pays de cette région. L’Inde a eu un rôle important à jouer dans la préservation de ce patrimoine culturel commun.

La découverte récente d’un grès monolithique du IXe siècle de Shiv Linga (représentation de Lord Shiva) a été faite par l’Archeological Survey of India (ASI) au cours du projet de conservation qui s’effectue au complexe du temple Cham, listé au patrimoine mondial de l’UNESCO, dans la province de Quang Nam au Vietnam. Le projet, qui fait partie du partenariat de développement de l’Inde avec le Vietnam pour la conservation du patrimoine partagé, est soutenu par le ministère des Affaires extérieures (MAE) du gouvernement indien.

Les travaux de conservation de l’ASI sont menés sur plusieurs sites patrimoniaux au-delà des frontières nationales. L’Inde a été à l’avant-garde de la restauration de sites patrimoniaux en Asie du Sud-Est, qu’il s’agisse des temples d’Angkor Wat au Cambodge ou des monuments My Son au Vietnam. Ces initiatives peuvent être attribuées à la politique du pays visant à promouvoir une sensibilisation diplomatique saine et mutuellement avantageuse et à montrer au grand public les nombreuses facettes du patrimoine culturel et civilisationnel indien. Les projets, financés par le MAE avec l’ASI agissant en tant qu’agence d’exécution, ont réaffirmé les liens anciens, bien que solides, à travers l’Asie du Sud. Voici quelques-unes des entreprises à grande échelle.

ANGKOR WAT, CAMBODGE

Aussi connue sous le nom de « funan » dans les textes anciens de l’Inde, cette ville a atteint son apogée sous la direction de Jayavarmana II. Le site plus important archéologique d’Angkor Wat a été construit par le roi Suryavaramana II au XIIe siècle et porte des traces des croyances du Vaishnavisme, du Saivisme et du Bouddhisme Mahayana. Il contient de magnifiques temples dédiés à Lord Shiva, Vishnu et Brahma. Le MAE et l’ASI ont entrepris sa conservation à grande échelle en collaboration avec le gouvernement du Cambodge et ont fait d’énormes efforts pour préserver la beauté de ces temples. En fait, en 1980, l’Inde a été le premier pays à répondre à un appel lancé par le Cambodge à la communauté internationale pour une aide à la sauvegarde d’Angkor Wat, le centre du royaume Khmer depuis plusieurs siècles. Les travaux de l’équipe d’ASI dans le complexe ont duré sept ans et comprennent la restauration du remblai nord d’une douve, d’une passerelle, de la grande galerie Samudra Manthana, de la bibliothèque nord et de la tour centrale du temple d’Angkor Wat, entre autres sections.

TEMPLE TA PROHM, CAMBODGE

Après Angkor Wat, l’ASI a commencé la restauration du temple Ta Prohm situé sur le site du patrimoine mondial d’Angkor. Le temple de Ta Prohm a été construit par le roi Suryavaramana VII et est un épicentre des enseignements du bouddhisme Mahayana. Le temple était entièrement jonché de rochers et de monticules qui devaient être enlevés pour former un passage clair. Le projet de conservation a été réalisé en partie sous l’expertise de l’ASI autorisée par le Comité international de coordination et l’Autorité pour la protection et la gestion d’Angkor et de la région de Siem Reap (APSARA).

TEMPLE D’ANANDA, AU MYANMAR

Le temple d’Ananda du Myanmar est considéré comme l’un des plus beaux temples dédiés aux enseignements du bouddhisme Theravada. Construit par le roi Kyansittha de la dynastie de Pagan, cet élégant temple de style pagode est un exemple exquis de l’architecture Mon et abrite quatre figures colossales du Seigneur Bouddha. Les plaques murales représentent ses premières formes de vie, les jatakas et leurs histoires énigmatiques. L’ASI et le MAE avec les autorités locales de Bagan ont pris les responsabilités de restauration.

TEMPLE DE VAT PHOU, AU LAOS

L’Inde partage une relation étroite avec la République démocratique populaire du Laos. L’ASI a entrepris le projet de restauration du temple de Vat Phou au Laos. Cette ancienne structure datant des XIe et XIIIe siècles fait partie d’une ville importante de l’empire Khmer ; ce temple est dédié à Lord Shiva et a plus tard été transformé en centre bouddhiste.

TEMPLE DE MY SON, AU VIETNAM

Ce monument unique en son genre et ses sanctuaires subsidiaires qui ont été construits par les rois de la dynastie Champa entre les IVe et le XIVe siècles, représentent l’un des temples les plus importants dédiés à la forme Bhadreswar du Seigneur Shiva. L’Archaeological Survey of India a poursuivi avec succès les travaux de conservation visant à restaurer les locaux de ce temple. Un protocole d’accord a été signé entre les deux pays et avec le soutien du MAE. Actuellement, la restauration couvre trois groupes de temples importants appartenant au complexe.

NEPAL, INDONESIE ET SRI LANKA

L’ASI a été activement impliquée dans la conservation du temple de Pashupatinath au Népal, le temple de Borobudur en Indonésie et le temple de Thirukuteeshwara au Sri Lanka. Grâce à l’expertise habile d’ASI, ces temples sont conservés avec un soin immense à leur ancienne gloire.

Alors que les experts d’ASI continuent de restaurer ces anciennes structures, l’histoire est préservée et en bonus, les relations bilatérales sont facilitées. Ceci montre comment cette pollinisation croisée de diverses croyances, coutumes et rituels ayant un impact culturel est devenue une partie intégrante de la vision de l’Inde, qui est de promouvoir la paix et la prospérité mondiales. L’idéologie de Vasudhaiva Kutumbakam (le monde est une famille) semble assez appropriée car ces projets de conservation nous ont aidés à présenter un front uni sur une plate-forme mondiale ; cette position ne fait que se renforcer avec le temps.

Juhi Mirza

Juhi Mirza est titulaire d'une maîtrise en archéologie et est un passionné de tout ce qui est ancien. Mirza a un profond intérêt pour les cultures et les traditions de l'Inde et du monde. Elle a également beaucoup voyagé pour documenter les ruines et les cultures anciennes.
error: Content is protected !!