Patrmoine

Un fragment de Gandhiji au Mexique

Numéro 06, 2020

Un fragment de Gandhiji au Mexique

Mark Brown |auteure

Numéro 06, 2020


Dans l’un de ses discours radiophoniques mensuels à la nation, la communauté indigène zapotèque du Mexique a été félicitée le Premier ministre indien Narendra Modi pour son travail de mise en valeur du khadi, un textile indigène de l’Inde et symbole de la lutte pour la liberté du Mahatma Gandhi. Mark Brown, l’homme derrière la renaissance du tissu dans ce pays nord-américain, raconte son parcours et ce qui l’a inspiré à faire la propagande des philosophies d’autonomie du Mahatma

Depuis sa prise de fonction en 2014, le Premier ministre indien Narendra Modi est à l’avant-garde de la promotion du khadi. Ce tissu filé à la main représente le Mahatma Gandhi, qui l’a ressuscité comme un symbole de nationalisme, d’autonomie et d’égalité. Près d’un siècle après que le mouvement original Khadi de Gandhiji ait contribué à rendre les Indiens autonomes pendant la lutte pour l’indépendance, il connaît un renouveau au sein des communautés indigènes zapotèques du Mexique. Ce fait a été révélé à la nation Mann ki Baat en novembre 2020. Le travail remarquable accomplit par le projet Khadi Oaxaca au Mexique et l’homme derrière tout cela, Mark Brown, ont été acclamés. Dans un article exclusif, Mark Brown raconte comment ce tissu filé à la main a rétabli l’éthique de la ferme au vêtement, redonnant ainsi de la dignité à ses producteurs.  

Les produits en khadi, y compris les vêtements, tissés à Oaxaca, au Mexique, sont souvent décorés de motifs mexicains traditionnels

Jeune magicien professionnel de Mexico, l’histoire commence lors de mon voyage dans le village indigène traditionnel zapotèque de San Sebastian Rio Hondo dans l’état d’Oaxaca, au sud du Mexique. C’était en 1974 et j’avais 14 ans à l’époque. À San Sebastian Rio Hondo, il n’y avait ni routes, ni électricité, ni écoles, ni équipements modernes. J’ai vu comment un village était autonome et prospérait sans la complexité industrielle moderne. Cette expérience a changé ma vision du monde ; j’ai réalisé qu’une vie durable et en harmonie avec la nature était possible. C’était une toute nouvelle façon de faire les choses. Plusieurs années plus tard, je suis allé en Inde à la recherche de philosophie et de spiritualité. J’y ai étudié le yoga traditionnel et le Vedanta (une philosophie hindoue basée sur la doctrine des Upanishads, en particulier sous sa forme moniste). Ma vie a changé en 1984, lorsque j’ai vu le film Gandhi (1982). J’ai été tellement touché par la vie et les philosophies du Mahatma Gandhi que je me suis rendu à Sabarmati Ashram au Gujarat, où j’ai rencontré Dilkhush Divanji, un activiste de Gandhi humble, sage et pertinent. En vivant, étudiant et voyageant avec lui dans tout l’État, j’ai découvert comment fonctionnait l’économie selon Gandhi pour entretenir une vie de village saine. J’ai appris à filer et à tisser mes propres vêtements out en essayant de comprendre la philosophie derrière cela.

Le Premier ministre indien Narendra Modi enroule un fil sur un charkha lors de sa visite à l’ashram Sabarmati du Mahatma Gandhi à Ahmedabad le 29 juin 2017

Dans les années 1990, je suis retourné à Oaxaca et j’y ai apporté un charkha (rouet). J’avais pour objectif d’apprendre aux résidents locaux à filer du coton. Avec une passion et un amour pour le khadi, j’ai fait équipe avec ma femme, Kalindi Attar, pour rallier les familles locales. Ensemble, nous avons commencé le projet de la culture durable d’une graine de coton mexicain préhispanique indigène et presque abandonnée, le coton coyuchi. Aujourd’hui, il y a plus de 400 artisans à San Sebastian Rio Hondo et ses environs qui travaillent avec Khadi Oaxaca, notre projet, et une équipe de neuf personnes qui gère le programme sur place. Dans le cadre de ce projet, les tisserands créent de beaux vêtements, des objets de décoration intérieure tels que des housses pour oreillers et coussins et des lots de tissus.

Tisserands et artisans associés au projet Khadi d’Oaxaca

Mahatma Gandhi était un visionnaire éclairé. Il est clair que l’une des principales causes de nos douloureux problèmes aujourd’hui serait le mépris de la Terre Mère. Être violent envers elle équivaut à être violent envers nos générations futures. Nous devons nous ressaisir et nous remettre à prendre soin de notre planète comme si elle était une enfant. Le khadi nous montre une voie vers un mode de vie futuriste et durable pour nos villages et les générations à venir. Il s’agit de vivre avec ce que nous avons. En utilisant ce qui est authentique, nous rendons hommage à nos ancêtres, et nous soutenons la beauté d’un mode de vie sain et durable. Ensemble, nous pouvons y arriver.

Mark Brown

Mark Brown est un entrepreneur qui a fait revivre le tissu khadi de patrimoine indien dans l'Etat mexicain d'Oaxaca. Il a ré-établi une éthique de la ferme au vêtement qui redonne de la dignité à ses producteurs et encourage la production du coton coyuchi
error: Content is protected !!